25/06/2008

petit texte qui me touche

En fait, ça fait un moment que se croisent dans ma têteDes mots et des douceurs qui pourraient faire un texteUn truc un peu différent, j' crois que ça parlerait d'elleFaut avouer que dans mon quotidien, elle a mis un beau bordelMais j'ai un gros souci, j'ai peur que mes potes se marrentQu'ils me disent que je m'affiche, qu'ils me traitent de canardC'est cette pudeur misogyne, croire que la fierté part en fuméeQuand t'ouvres un peu ton cœur. Mais moi, cette fois, je veux assumerJ'ai un autre problème, et peut-être encore plus lourdC'est que t'as pas droit à l'erreur quand t'écris un texte d'amourMoi, les trois prochains couplets, je voudrais que ce soit des bombesSi j'écris un texte sur elle, je voudrais que ce soit l' plus beau du mondeElle mérite pas un texte moyen, j'ai la pression, ça craintFini de faire l'intéressant avec mes voyages en trainLà, c'est loin d'être évident, moi, je sais pas comment on faitPour décrire ses sentiments quand on vit avec une féePuis faut avouer qu'elle a des yeux, ils sont même pas homologuésDes fois ils sont verts, des fois jaunes, je crois même que, la nuit, ils sont violetsQuand je m'enfonce dans son regard, je perds le la, je touche plus le solJe me perds profondément et j'oublie exprès ma boussoleDepuis que j' la connais, je ressens des trucs hallucinantsEt je me dis souvent que j'ai eu de la chance de lui avoir plu, sinonJ'aurais jamais su qu'un rire pouvait arrêter la Terre d' tournerJ'aurais jamais su qu'un r'gard pouvait habiller mes journéesJ' comprends pas tout ce qui se passe, y a plein de trucs incohérentsDepuis qu'elle est là, rien n'a changé mais tout est différentElle m'apporte trop de désordre et tellement de stabilitéCe que je préfère, c'est sa force, mais l' mieux c'est sa fragilitéCe n'est pas un texte de plus, ce n'est pas juste un poèmeParfois elle aime mes mots, mais cette fois c'est elle que mes mots aimentJe l'ai dans la tête comme une mélodie, alors mes envies dansentDans notre histoire, rien n'est écrit mais tout sonne comme une évidenceJ'ai redécouvert comme ça réchauffe d'avoir des sentimentsEt si tu me dis que c'est beaucoup mieux de vivre sans, tu mensAlors je les mets en mots et tant pis si mes potes me chambrentMoi, je m'en fous, chez moi, y a une sirène qui dort dans ma chambreJ'avais une vie de chat sauvage, elle l'a réduite en cendresJ'ai découvert un bonheur tout simple, c'est juste qu'on aime être ensembleOn calcule pas les démons du passé, on n'a pas peur d'euxMoi, si un jour je suis un couple, je voudrais être nous deuxY a des sourires et des soupirs, y a des fous rires à en mourirOn peut s'ouvrir et sans rougir, déjà s' nourrir de nos souvenirsLes pièges de l'avenir nous attendent mais on n'a pas peur d'euxMoi, si un jour je suis un couple, je voudrais être nous deux{x2:}Et si c'est vrai que les mots sont la voix de l'émotionLes miens prennent la parole pour me montrer sa directionJ'ai quitté l' quai pour un train spécial, un TGV-PalaceOn roule à mille kilomètres/heure, au-d'ssus de la mer, en première classe

17:44 Écrit par bakermad dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

très bien !

Écrit par : the shadow | 25/06/2008

Quand ça vient du coeur un texte est haut en couleur et en émotions. Rien à redire. Bon jeudi !

Écrit par : Nat | 26/06/2008

Les commentaires sont fermés.